Claude Bernhard
Géochimiste de formation, écrivaine et  photographe, j'explore le monde pour en dévoiler sa beauté, tout en sensibilité. 

Originaire des Alpes Valaisannes, ma fascination s'est toujours portée sur la nature, avec une attirance particulière pour le monde minéral sous toutes ses formes. Ma formation en géochimie isotopique à la faculté des Sciences de l’Environnement à l’Université de Lausanne m’a permis ensuite de mieux saisir les processus de la Terre,  de me plonger dans la compréhension de la dymique des phénomènes naturels et de me spécialiser dans la datation au carbone 14 des eaux souterraines en Namibie. 

Les voyages m'ont emmené vers de plus vastes horizons. De l'Atacama aux Tsingy malgaches, du Kahalari au bush australien, du désert du Thar au Kawah Ijen ou encore des lignes Nasca aux contreforts himalayens, ce sont autant d'invitations à la découverte du monde.

Fascinée par les grands espaces avec un besoin irrépressible de liberté, je me consacre à l'écriture d'ouvrages alliant l'esthétique de la photographie, la pertinence des sciences, ou la justesse de la poésie pour créer un nouveau dialogue où la nature s'exprime librement. Et lorsqu'une météo maussade m'invite à davantage d'instrospection, je me retire dans mon atelier pour ressentir la matière sous une autre spatialité.


 


Entrée d'un gouffre découvert en 2015, à Somiédo dans les Asturies, en Espagne
(Image: Isidore Raposo)



 

ARRÊT SUR IMAGE
 

Prendre une image, c'est suspendre son souffle  pour cueillir l'instant d'un espace, ...un silence intérieur à l'écoute du monde.

La photographie se trouve dans la liberté du mouvement.  Sortir des sentiers battus pour explorer les inconnus. Se laisser surprendre par un rayon de soleil, suivre une intuition, ou s'arrêter pour contempler. La couleur offre des tableaux de teintes exceptionnelles qui évoluent  sans cesse. Cependant, elle se révèle parfois superflue ou oppressante, et je lui préfère une approche en monochrome.  Le Noir et Blanc est un univers en soi, une façon plus intime de percevoir le monde. Le regard se porte sur les ombres et les lumières, la texture et la matière. L'effervescence des couleurs cède la place à la sobriété des lignes.

Le Noir et Blanc invite au portrait, comme une évidence. Et la vie nous amène à rencontrer l'espèce humaine sous toutes ces facettes, pour le meilleur et parfois pour le pire. L'Homo Sapiens, ce grand primate à l’encéphale complexe, m'émeut autant qu'il m'exaspère. Il représente à lui seul l'entière palette des dégradés.  Il est le clair-obscur, avec l'ensemble des paradoxes qu'offre l'oxymore. Son impertinence joyeuse éclaire ses sombres ruminations. Tantôt en toutes nuances dans ses propos, tantôt contrasté dans ses réactions, il est l’alchimiste des contradictions. Le terne de sa médiocrité balance son éclat de génie. Mais la bonté et la bienveillance apaisent la noirceur de certains de ses actes. Cependant, un portait est avant tout une rencontre. Parfois insolite, drôle ou émouvante, elle se révèle être un instant de partage entre deux regards.

Mais la photographie est aussi l'univers des espaces, où le paysage n'a de frontières que notre regard.  L'attente patiente d'une lumière rasante ou d'une brume automnale se révèle parfois frustrante, mais ouvre les perspectives d'un lendemain. Quant à l'exploration du monde souterrain, elle m'offre une nouvelle dimension de notre Terre, plus intimiste, où les concrétions se dévoilent à la lueur d'une lampe frontale. 

Finalement, la photographie est avant tout un état d'esprit d'ouverture, de réceptivité.
 


  Grotte de Vallorbe, Jura Vaudois
(Image: Patrick Deriaz)


 


INSPIRATION ET CRÉATION
 

Dans l'intimité de mon atelier 


Des instants d'évasion, hors du temps,  pour me plonger dans la matière .... A travers la céramique, la culpture sur bois et la sculpture sur pierre, je suis en recherche constante de l'esthétique sobre d'une ligne, de la beauté du geste et du mouvement de la texture. Lors de mes voyages, ce sont aussi des moments d'échange avec des artisans croisés sur mon chemin.  Un partage de connaissances et d'écoute sur les techniques tradionnelles, dans le respect du savoir-faire ancestral.

 


Céramique tradionnelle, désert du Thar, frontière Indo-pakistanaise

La céramique

 

 

Ma recherche puise essentiellement son inspiration dans la nature. Les pièces, en grès noir ou grès blanc,  sont dépourvues d'émail afin de les laisser se révéler dans leur aspect brut, sans artifice. Ôter tout superflu pour atteindre une certaine sobriété. Le grès noir permet également de mettre en évidence d'autres matériaux, tel que le bois ou le cuir, pour travailler avec différentes matières, différents touchers.



 

Atelier   Ambiance atelier   Main atelier


 

Le bois
 

Des essences différentes, qui se déclinent en nuances, en dégradé de teintes chaudes. Tantôt dense, tantôt aérien, le bois est un univers olfactif qui m'amène à parcourir sa surface, entre veines tendres et veines dures.

 

Je travaille actuellement sur de nombreux tableaux de bois, dans la recherche du mouvement dans la matière.


 



Sculpture sur pierre
 

Ayant consacré mes études à la compréhension des roches et des minéraux à travers la géologie, la sculpture sur pierre s'est dévoilée comme une évidence... un travail de patience, de calme, d'intégrité.... à la recherche d'une ligne épurée.

   

 

Tendre la ligne pour faire résonner les courbes avec harmonie... Travail sur le calcaire noir de St-Triphon.


 

 


 

Top